Allah_nor

« Lorsque Je l'aurai façonné et que J'y aurai insufflé de Mon esprit, alors prosternez-vous devant lui »  [1]

 Voici un verset qui démontre le fait qu'il est important de se référer à la compréhension des savants et non à sa propre interprétation personnelle du Coran et/ou des Hadiths. D’autant plus quand ces versets sont lus dans une langue autre que l’Arabe Coranique. A première vue, le verset cité plus haut semble signifier qu’Adam ['Alayhi salam] reçoit une partie de l’esprit d’Allâh. Cependant les grands spécialistes de l'exégèse nous expliquent que « Mon esprit » renvoi à la valeur de cette âme et non au fait que l'âme puisse être une partie d'Allâh, car Allâh ta'ala n’est pas une âme, ni un corps et Il est une entité indivisible.

Sa Parole « fanafakhna fihi rouhina » qui signifie : « Nous avons fait insuffler dans son corps l’âme que Nous avons créée et honoré » [Sourate At-Tahrim], cette ‘ayah signifie qu’Allâh a ordonné à l’ange Jibril d’insuffler dans le corps de Meryam l’âme de ‘Issa['Alayhi salam] qui est une âme honorée. Le fait qu’Allâh s’attribue les âmes de ‘Issa et de Adam, exprimé par le pronom possessif (na) dans (min rouhina) littéralement « de Notre âme » ceci témoigne de l’honneur qui leur est accordé « idafatou tachrif ». Ceci est confirmé dans le Tafsir Al-Jalalayne  [2]  dans lequel il est écrit : « Cet esprit ne fut qu'un honneur pour Adam ». La même chose est formulée à propos du verset : « ‘an tahhira baytiya li t-ta‘ifina wa l-3akifin » ici aussi « baytiya » littéralement « Ma maison » renvoi à l'honneur car la Ka’bah est un endroit honoré selon la Volonté d’Allâh.

Voici quelques-unes des explications fournies à ce sujet par d’éminents savants de l’Islam :

Al-Hafidh Ibn Kathir  explique ainsi le verset : « Donc, après que Je l’eu créé et insufflé en lui son âme (celle d’Adam) créée par Moi, alors vous êtes tombé prosternés devant lui …» [3]

Puis dans un autre passage de son Tafsir il commente : « A propos d'Adam ['Alayhi salam] , Allâh nous informe de ceci : « Lorsque Je l'aurai façonné et que J'y aurai insufflé de Mon esprit, alors prosternez-vous devant lui ».
C'est un processus très voisin que celui concernant Adam, qu’Allah a créé lui aussi directement, sans qu'il soit issu de la rencontre de semences masculine et féminine et à propos duquel Il a employé des termes très voisins lorsqu'Il dit aux anges : « Lorsque Je l'aurai façonné et que J'y aurai insufflé de Mon esprit, alors prosternez-vous devant lui ».

Similairement, le fait que Jésus ['Alayhi salam] ait été une âme directement sans avoir été créé à partir de la rencontre de semences masculine et féminine fait qu'il a été appelé : "rûhun min Allâh" : "une âme (ou esprit) venant d’Allah".

Les mots qui signifient « venant de » sont la traduction des mots "minhu", lesquels ne désignent pas ici une communauté de matière mais la cause première. » [4]

Dans leur Tafsir, les Savants de l’Université d’Al-Azhar donnent cette explication : «Lorsque J'aurai parachevé sa création et que J'y aurai insufflé le secret de la vie - c'est-à-dire l'âme - prosternez-vous devant lui pour l'honorer et le saluer sans toutefois lui vouer un culte. » [5]

Sheykh Nuh Ha Mim Keller a apporté le commentaire suivant : « Les mêmes considérations d'interprétation (de la transcendance d’Allah au-dessus des attributs des choses créées) s'appliquent aux mots « J'y aurai insufflé de Mon esprit ». Parce que le Coran établit sans équivoque que Allâh est Ahad ou "Unique", Il n’est pas une entité divisible en parties, les exégètes disent que cet « esprit » fut créé, et que son attribution à Allâh (Mon esprit) est ce qu'on appelle en arabe al-idafat tashrif (une attribution de l'honneur), montre que le ruh ou « esprit » dans ce premier être humain et de ses descendants a été « une substance sacrée, exaltée, et noble » et non pas qu’il y avait une « partie d'Allâh », qui serait entrée dans le corps d'Adam, ce qui est de la mécréance. Ce genre d’attributions n’est pas rare dans la langue arabe, par exemple la Kaaba est appelé bayt Allâh, ou « la Maison d'Allâh », ce qui signifie « la maison honorée par Allâh », et non pas que c'est Son adresse, tout comme la chamelle envoyée à la population des Tamud, qui a été appelée naqat Allâh, ou « la chamelle d'Allâh », qui signifie « la chamelle à qui Allâh a donné les honneurs », signifiant son inviolabilité dans la Shari’a de l'époque, pas qu'Il la montait, et ainsi de suite. »   [6]
Quant à l’Imam Al-Qourtoubi  , il commente : « Le verset signifie qu’Allah est la source de toute création. Quand Allah veut signifier l’honorabilité d’une chose il est fréquent qu’Il se l’attribue. Par exemple la Ka’aba est nommée Baytullâh (la maison d’Allah), la chamelle de Saiyydina Salih Naqatullâh (la chamelle d’Allah), et Saiyydina ‘Issa est nommé Kalimatoullâh (la Parole d’Allah) ou Ruhullâh (l’Esprit d’Allah). Ici aussi cette attribution à été introduite pour mettre en valeur l’honneur accordé à Saiyydina ‘Adam. » [7]

 Notes :

[1] Coran 38/72
[2] Le Tafsîr Al-Jalalayne est un ouvrage d'exégèse du Coran écrit par les deux savants Mohammed Jalal Eddine As-Suyuti et Jallal Eddine Al-Mahallî
[3] Tafsir ibn Kathir page 63
[4] Tafsîr Ibn Kathîr, tome 1 p. 507

[5] Dans l'exégèse sélectionnée par les savants d'al-Azhar (al-Muntakhab)
 [6] Sheykh Nuh Ha Mim Keller via Masud.co.uk 
[7] Tafsir de Mufti Shafi’i Usmani qui cite l’imam Al-Qourtoubi

Source :  http://www.sunnisme.com/article-allah-a-t-il-un-esprit-59570821.html