joie_1

Mon frère, ma sœur,


Fais de ta vie une joie ! Mets dans ta vie du bonheur ! Ce bonheur, il est à ta portée. Allah t’a crée pour l’au-delà, mais tu peux également être heureux sur terre. 

« Ô notre Seigneur ! Accorde-nous une belle part dans ce monde et une belle part dans l’autre monde », nous a enseigné le Qour’aan. (S2/V201)

Pour être heureux, il suffit de peu, de très peu même. Tout dépend du sens que tu donnes à ta vie. Tout dépend de la conception que tu en fait. Tes jours, tes mois, tes années, ta vie, tout t’appartient ! 

Fais-en ce que tu peux de meilleur pour toi-même et pour les autres. Sois en paix avec toi et tu le seras avec les autres aussi. Respire le bonheur de vivre et tu le feras respirer aux autres. Aime les autres et les autres t’aimeront. Sois où que tu sois tel un rayon de soleil ! A la maison ou au travail, dans la rue ou à la mosquée, illumine le cœur des gens !

Répands le Salam. Rencontre ton frère, ta sœur avec un visage accueillant et offres leurs ton plus beau sourire. Le Prophète (saw) avait dit : « Ton sourire à ton frère est une aumône pour toi ». (Boukhari) D’ailleurs, il était lui-même toujours souriant. Abdoullah Ibnou Harth (ra) dit : « Je n’ai vu personne de plus souriant que le Prophète (saw) ». (Ahmad)

Dis-leur une bonne parole, et « la bonne parole est une aumône ».(Boukhari-Mouslim) . Aide celui que tu peux sur terre et celui qui est au ciel t’aidera. « La meilleure personne est celle qui est la plus utile aux autres ». (Boukhari) « Cependant que quelqu’un poursuivait sa route, voila qu’il trouva sur la route une branche épineuse. Il l’enleva. Allah loua son acte et lui accorda le Pardon ». (Boukhari-Mouslim)

Sois généreux. Partage. Offres ce que tu peux de ce que tu possèdes et tu possèderas encore plus. L’aumône n’a jamais diminué la richesse d’une personne. Ne minimise surtout aucun de tes dons. Le Prophète (saw) a dit : «Ô femmes musulmanes ! Que l’une de vous ne minimise pas le cadeau qu’elle fait à sa voisine, ne serait-ce que le sabot d’un agneau ». (Boukhari-Mouslim)

Sois bon envers tes proches. Obéis à tes parents, embrasse tes enfants et aime ton époux (se). La bouchée de nourriture que tu places dans sa bouche est une Sadaqah. Le Prophète (saw) avait même fait la course à pied avec son épouse Aïcha (ra), qu’il appelait parfois « Ya Houmayrah »- Ô la rousse-.

Sois une bénédiction pour tout un chacun : les humains bien sûr, mais aussi les autres créatures. Une femme de mauvaise vie fut pardonnée par Allah pour avoir donné à boire à un chien assoiffé. Et le Prophète (saw) a dit : « Pour toute créature vivante, il y a un salaire à qui lui fait du bien ».(Boukhari-Mouslim) Dans un autre Hadith, il est dit : « Toutes les fois qu’un musulman plante un arbre, et qu’un être humain, un animal ou un oiseau en mangent, il se voit inscrire autant d’aumônes jusqu’au jour de la Résurrection ». (Mouslim)

Bref, tu dois être pour tous, une vraie miséricorde. Si tu ne peux pas l’être en faisant de bonnes choses autour de toi, alors sois-le au moins en ne faisant rien de mal aux autres. « Tu épargnes les gens de ton mal. Certes, c’est une aumône pour toi venant de toi ». (Boukhari-Mouslim)

Ne mens pas, ne médis pas, ne calomnie pas, ne colporte pas. Tout cela t’éloignera des gens. Pour être tranquille toi-même et laisser les autres tranquilles, ne t’occupe pas de ce qui ne te regarde pas. Le Hadith dit : « Cela fait partie de la beauté de l’Islam d’une personne que de délaisser ce qui ne le concerne pas ». (Tirmizi, Ibnou Madjah)

Ne méprise pas les gens, c’est le signe de l’orgueilleux. Ne te mets pas en colère, les gens le seront parfois avec toi. Ne blesse personne avec ta langue. La blessure physique se cicatrise, mais très souvent, celle de la langue ne se cicatrise jamais. Et « le vrai musulman est celui dont les musulmans sont à l’abri (du mal) de sa langue et de sa main ». (Boukhari-Mouslim)

Ne sois pas de ceux qui polémiquent, de ceux qui ont toujours leur mot à dire à propos de tout, de ceux qui ne sont jamais contents de rien, de ceux qui pensent qu’ils sont les bons, et les autres, les mauvais, qu’il faut s’occuper des défauts des autres et pas des leurs. « Que ce que tu connais de toi (comme défauts) t’empêche (des défauts) des autres ». (Michkât)

Tes yeux doivent pétiller de joie, ton visage resplendir de sourires et ton cœur briller d’amour et de compassion pour les autres.

L’amour et la compassion, c’est aussi parler, discuter, plaisanter, donner de la joie aux autres. « L’adoration la plus aimée d’Allah est une joie que tu procures à ton frère musulman ». (Madjma’oul Kabîr)

C’est ainsi que le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) plaisantait également avec les gens pour les distraire et les amuser. Anas(ra) dit : « Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) plaisantait avec nous. 

Mais il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) nous a aussi enseigné que plaisanter, ce n’est pas mentir. « Je plaisante, mais je ne dis que la vérité », disait-il. Un jour, il dit à une vieille femme : « Aucune vieille femme n’entrera au Paradis ». Puis, voyant son étonnement, il ajouta : « Ne lis-tu pas (dans) le Qour’aan : « C’est Nous qui les avons créées à la perfection, et Nous les avons faites vierges ». (qu’au Paradis elle ne sera plus vieille).

Mais amuser les gens, ce n’est pas non plus se moquer d’une personne ou la ridiculiser, l’humilier ou la déshonorer. Le sang, les biens et l’honneur de chaque personne ne sont-ils pas sacrés ? Et ne disons-nous pas que briser le cœur d’une personne est plus grave que de briser la maison d'Allah, la Ka’bah ?

Bref, mon frère, ma sœur, sois bon(ne), gentil(le), généreux(se), souriant(e) ! Que ta simple vue soit déjà pour les gens un plaisir. Que t’entendre soit une joie et te côtoyer, un bonheur ! Tu dégages au quotidien une joie de vivre, un optimisme permanent, un espoir ! Tu apportes la bonne nouvelle et tu n’effraies pas.

Tu apaises et détends. Tu montres dans ta spiritualité que finalement, la religion est aisance et facilité. Tu aimes Allah, tu aimes Son Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui), tu t’aimes toi aussi et tu aimes les autres. Finalement, tu as tout compris ! Tu as trouvé le chemin du Bonheur ! Puisque tu ne peux pas rajouter des jours à ta vie, tu rajoutes de la vie à tes jours !

bonheur_1